Travaux de maçonnerie en conditions d'hiver


L'hiver: une saison de conflits de méthodologie pour laquelle l’AEMQ reçoit plusieurs appels. Dans le métier, un peu tout le monde utilise sa propre recette miracle. Toutefois, il faut tenir compte du code et des normes qui régissent les conditions d’hiver en plus des spécifications des fournisseurs.

En voici donc les points fondamentaux :
Le premier point à considérer est le mûrissement du mortier. Le mûrissement est la période de réaction chimique des composantes du mortier. Elle est déterminée entre 24 à 48 heures. (Le Code national du bâtiment-CNB et les normes font plutôt mention de 48 heures de délai).

Voici donc les points du CNB et des normes qui règlementent les conditions d’hiver :

CNB 9.20.14.1 Température du mortier et de la maçonnerie
  1. Le mortier et la maçonnerie doivent être maintenus à une température d’au moins 5 °C degré au moment de la mise en place et pendant au moins 48 h par la suite.
  2. L’utilisation de matériaux gelés dans le mélange de mortier est interdite.

A179-94 Mortier et coulis pour la grosse maçonnerie

À la section 5.5 de cette norme, on y parle de l’ajout de produit en chantier, voici trois points qui démontrent bien cette section :

5.5.1.3 Le ou les fabricants d’un adjuvant ou d’une combinaison d’adjuvant à utiliser doivent certifier par écrit, à la satisfaction du concepteur, que l’adjuvant ou la combinaison d’adjuvants ne nuira pas à la résistance à long terme et à la durabilité du mortier et du coulis, à l’apparence du mortier, ni de tout matériau ou élément constitutif en contact avec le mortier ou le coulis, ni de tout ouvrage intégrant du mortier ou du coulis

5.5.2.3 Les plastifiants, superplastifiants et adjuvants retardateurs ne peuvent être utilisés que dans les installations de mélange hors chantier, sauf autorisation contraire du concepteur

5.5.4 Antigels et accélérateurs
On ne doit pas ajouter au mortier ou au coulis d’antigels, de chlorure de calcium, d’antigélifs à base de chlorure de calcium, de sels ou d’autres matières semblables pour abaisser le point de congélation ou accélérer le temps de prise


A371-94 Maçonnerie des bâtiments

5.16.2 Mise en oeuvre par temps froid
Sous réserve des articles 5.12.1.1 e), 5.16.2.2 et 5.16.2.3, la mise en oeuvre de la maçonnerie par temps froid doit être conforme à ce qui suit :

  • Température de l’air entre 0 et 4 °C Le sable ou l’eau de gâchage doit être chauffé à une température comprise entre 20 et 70 °C ;
  • Température de l’air entre -4 et 0 °C Le sable et l’eau de gâchage doivent être chauffés à une température comprise entre 20 et 70 °C ;
  • Température de l’air entre -7 et -4 °C Le sable et l’eau de gâchage doivent être chauffés à une température
    comprise entre 20 et 70 °C. De la chaleur doit être fournie des deux côtés des murs en construction. Des abrivents doivent être utilisés lorsque la vitesse du vent dépasse 25km/h ;
  • Température de l’air inférieur à -7 °C Le sable et l’eau de gâchage doivent être chauffés à une température comprise entre 20 et 70 °C. Des enceintes et du chauffage d’appoint doivent être prévus pour maintenir la température de
    l’air au dessus de 0 °C. La température de l’élément de maçonnerie au moment de la pose ne doit pas être inférieur à 7 °C.

5.16.3.1 Protection requise par temps froid
Sous réserve des articles 5.12.1.1 e) et 5.16.3.2 les mesures de protection à prendre pour la maçonnerie achevée ou la maçonnerie sur laquelle on ne travaille pas sont les suivantes ;

Température de l’air quotidienne moyenne
Protection
0 à 4 °C La maçonnerie doit être protégée contre la pluie et la neige pendant 24 h.
-4 à 0 °C La maçonnerie doit être complètement abritée pendant 24 h.
-7 à -4 °C La maçonnerie doit être entièrement recouverte de bâches isolantes
-7 °C et moins La température de la maçonnerie doit être maintenue au-dessus de 0 °C pendant 24 h au moyen d’une enceinte et d’un chauffage d’appoint.

Note : La quantité d’isolant nécessaire à une cure adéquate de la maçonnerie par temps froid doit être déterminée en fonction de la température prévue de l’air, de la vitesse du vent (facteur éolien) et en fonction de la forme et des dimensions de la structure.

5.16.3.2
La durée de protection exigée à l’article 5.16.3 doit être augmentée de 24 à 48h, à moins que le ciment portland à résistance initiale élevée, de type 30, et de la chaux hydratée de type S ne soient utilisés dans le mortier et coulis.
Lorsqu’un mortier de type N ou O est utilisé, la durée de protection doit être prolongée de 24h.

Ces informations vous aideront à déterminer les applications de vos travaux. Il vous faudra aussi retenir qu’il est impératif de vérifier les variations de température pendant les travaux et les 48 heures suivant la fin de la mise en oeuvre. Une responsabilité que chaque professionnel de la maçonnerie applique déjà, on en est convaincu.

Avis important, les fabricants de produits cimentaires et de pré mélangés n’acceptent pas, en général, que l’on ajoute les additifs précités car cela pourrait nuire à leur composante chimique. Si malgré tout, vous choisissez de le faire, vous devez savoir que leur garantie devient nulle et que le mortier sera sous votre entière responsabilité.

Pour finir, si on ajoute le temps de toilage et la diminution de pose en condition d’hiver, il est facile de déterminer que le coût des travaux peut varier entre 25 et 35% supplémentaire.

En suivant ces conditions, vous aurez de bonne chance de vous assurer d’un travail sans complication future.


« retour aux infos techniques

Entrée des membres

se souvenir de moi Nom d’utilisateur / mot de passe oublié Devenez membre !