Plantète terre qui fait référence à l'écologie de la brique

TRADITIONELLE ET ÉCOLOGIQUE

brique avec jeune homme qui regarde le ciel

La brique, un allié
insoupçonné pour l'avenir

On entend parler de toutes sortes de techniques hors du commun pour construire de façon écologique et durable qui stimulent notre imaginaire. Pourtant, la brique et la pierre, deux matériaux de construction répandus que l'on côtoie tous les jours, se rangent sur le podium des solutions vertes.

 

En effet, la brique a plusieurs vertues environnementales. D'abord, elle favorise la réduction de l'empreinte écologique de par son inertie. Elle offre non seulement une résistance au froid et aux catastrophes naturelles, mais également aux incendies. Sans compter que ses émanations naturelles sont non-nocives pour la santé. Et pour finir, ce qui rend la brique si exceptionnelle, c'est particulièrement sa longévité qui s'étale sur plusieurs décennies, voir même sur plusieurs siècles..

Matière première naturelle

100% argile

L'argile est extrait directement de la croûte terrestre. Son extraction ne pollue ni l’eau, ni l’air, ni le sol.

 

C'est un matériel qui se retrouve dans la nature en grande quantité et peut s'extraire localement. L'argile est ainsi une matière de base presque inépuisable, lorsque extraite intelligemment.

 

Au Québec, on compte plusieurs carrière de schiste argileux à côté desquels sont installées directement des briqueteries. Ce qui permet un marché local, qui contribue à la réduction de l'impact environnemental et des coûts liés au transport de la matière première.

chantier de construction maçonnerie

Terre cuite

La brique ne subit aucune transformation d'ordre chimique ou industrielle.

L'unique transformation que subira la brique est effectuée lors de la cuisson.  Cette étape est cruciale car elle permet de solidifier l'argile pour former un matériel solide et durable. Une fois compactée et cuite, la brique assurer une protection contre les intempéries et les incendies.

Il est vrai de dire que la cuisson nécessite l'usage de fours émetteurs de gaz à effet de serre. Toutefois, cette énergie consommée est investie à long terme puisque la brique sera utile pour des centaines d'années. À long terme, son impact environnemental est moindre.

 

Construire, c'est collaborer avec la Terre :

c'est mettre une marque humaine sur un paysage qui sera modifié à jamais.

- Marguerite Yourcenar, Mémoire d'Hadrien

La règle des 5 "R"

  • Refuser l'utilisation de 

    matériaux énergivores

    Les matériaux de hautes technologies requièrent des procédés de fabrication complexes utilisant divers intrants chimiques et produisant d'importantes énergies grises qui contribue à la pollution de l'air, à l'épuisement des ressources et à la contamination de son environnement.

     

    Les énergies grises tiennent en compte le cycle de vie complet d'un produit : la conception, l'extraction, le transport, la transformation, la fabrication, la commercialisation, la mise en œuvre, l'usage et la fin de vie d'un produit. 

  • Réparer et entretenir

    les structures existantes

    La brique nécessite moins d'entretien qu'une grande partie des matériaux de constructions et, lorsqu'une réparation est nécessaire, il est possible de travailler seulement sur la partie endommagée sans avoir à démanteler la cloison en entier.

    De plus, dans un monde idéal, l'entretien se fait au fil du temps, d'un propriétaire à l'autre. On minimise ainsi la création de problèmes sous-jacents qui endommageraient une trop grand partie de la structure. On prolonge ainsi la vie d'une brique sur plus d'un siècle.

  • Démanteler et réutiliser
    telle quelle le matériau

    Quand structure en maçonnerie a besoin d'être entretenu, c'est majoritairement pour changer ce qui y a été utilisé conjointement, comme les ancrages ou les joints. Les 

    briques en tant que telles, quasi-intactes une fois le mortier retiré, peuvent se réutiliser indéfiniment pour de nouveaux projets et ce sans nouvelle intervention ou transformation. 

    Ils suffit de les nettoyer avec un marteau, un ciseau de maçon et une brosse à soie métallique manuelle ou électrique. C'est la solution la plus sûre et la plus écologique.

  • Offrir une deuxième vie
    en reconvertissant la matière

    Lorsque la brique est trop abîmée pour être réutilisée, elles peuvent être concassées pour devenir de l'agrégat ou du granulat.

     

    Cet assemblage de briques réduites en morceaux voir même poussière, n'est composé d'aucune autre matière que de l'argile, tout simplement. On utilise ce mélange pour composer notamment pour du mortier ou du béton. La brique obtient ainsi une seconde vie, sans avoir à subir des transformation chimique, ou nocive pour l'environnement.

  • déchet pierre matières biodégradables

    Favoriser les matières biodégradables

    De part sa composition naturelle de schiste argileux provenant du sol, le cycle de vie d'une brique est sans fin. Une brique peut se retrouver enfouie dans la nature et elle va se désagréger sans émanation toxique pour l'environnement et sans danger pour la faune. 

     

    Voilà la véritable force de cette matière : elle est né terre et meurt terre. C'est un renouvellement continuel digne du développement durable qui place la brique un choix éco-responsable et durable sur le long terme.

 

Protection et confort

  • Exigences sanitaires

    La brique, de par sa composition de terre, a des émanation exclusivement minérales et non-toxiques.

    Ainsi, un mur de brique localisé à l'intérieur d'une résidence ne dégage pas de composé organique volatile (COV) qui peuvent nuire à la qualité de l'air. Il n’émet pas non plus de formaldéhyde, un irritant émis par des produits ménagers et de matériaux de construction. Et comme la brique est poreuse, elle ira même jusqu'à filtrer les polluants extérieurs.

    De plus, même en cas de dégât d'eau, la moisissure ne peut se reproduire dans la brique. Elle répond donc aux exigences sanitaires les plus courantes.

  • Régulation hygrothermique

    La brique la capacité d'emmagasiner la chaleur et de régulariser l'humidité de l'air, ce qui permet de réduire ainsi la consommation d'énergie année après année

    La brique a une inertie thermique qui permet de stocker la chaleur ambiante pour la restituer au fur et à mesure de la journée. Du même fait, elle permet aux résidences et édifices de conserver naturellement la fraîcheur en été et à la chaleur en hiver. On évite alors des utilisations onéreuses et superflues de climatisation et caléfaction.

    Il en va de même pour le taux d'humidité présente en grand quantité que la brique absorbe pour la restituer progressivement lors que l'air est trop sec.

  • Propriétés ignifuges

    Parmi tous les systèmes de construction possibles, la brique offre la plus grande protection contre le feu car elle ne brûle pas et ne maintient les flammes en place pour éviter la propagation.

    Un bâtiment en maçonnerie préserve l'intégrité de la structure là où,dans des conditions, les autres matériaux sont réduits en cendres.Les incendies d'aujourd'hui brûlent si fort et si rapidement que les planchers peuvent s'effondrer au bout de 10 minutes... ce qui correspond au moment d'arriver sur les lieux des pompiers. Or, un mur de maçonnerie, quant à lui, peut rester intact et contenir un feu brûlant pendant près de quatre heures.


    La résistance au feu d’un matériau peut littéralement signifier la différence entre la vie ou la mort.

 

Penser autrement

 

Pourquoi la brique est-elle boudée dans les nouvelles constructions ?

Les promoteurs et les acheteurs de maisons sont contraints à des budgets limités. 

 

La brique est un matériel dispendieux, la pose de briques prend du temps et le coût de la main d'oeuvre est élevé. Les promoteurs, qui vise à réduire au maximum les coûts immédiats, se tournent ainsi vers des alternatives moins coûteuse à court terme, comme le déclins de vinyle ou l'aluminium.

Cela dit, un mur de déclins doit être changé en entier au bout 15 ans. On tombe alors dans une économie basée sur la consommation.

 

En considérant plutôt une économie à long terme, basée sur une durabilité prolongée et reconductible de ces matériaux, un mur de maçonnerie est hors de tout doute le plus rentable.

VISION À LONG TERME

Une maison pas chère dans l'immédiat va rapidement coûter plus cher.

Il faut changer de paradigme, transformer notre vision à court terme.

- Ginette Dupuy,
Habitat sain et écologique

idée main briquetage future

Les alternatives à la briques sont nombreuses !

Il existe de nombreuses alternatives à l'argile.

 

D'abord, la brique en terre crue qui est composée d'eau, de chaux, de sable et de calcaire. Elle est créée grâce à des presses qui compriment la terre sans la chauffer, ce qui diminuent l'émission de gaz à effet de serre.

Ensuite, la brique de chanvre et la brique de grès, constituent d'excellents éco-matériaux grâce à leur isolation thermique et acoustique.

Puis, la brique en verre, qui permet de laisser passer la lumière et d'éclairer les parties sombres. Elle peut être composées de matériaux recyclés comme les bouteilles de verre.

Enfin, la brique en bois est populaire dans l'auto-construction et ses performances écologiques jouent dans la même ligue qu'une brique d'argile.

Sources et documentations

Publication du gouvernement du Canada Construction en bloc de Terre comprimée. (1999) (PDF)

Recherche de la Société Canadienne d'Hypothèques et de Logement

Ressources naturelles Canada Argile. (2008) (PDF)

par Michel Dumont, travailleur au RNC dans le secteur des minéraux et des métaux

Université de Sherbrooke Les matériaux de construction résidentielle dans une perspective durable (2009) (PDF)

par Élisabeth Simard, essai en environnement, sous la direction de Michel Montpetit 

Éco-logis La brique et la pierre : Matériaux écologiques et durables par excellence. (2010) (Vidéo YouTube)

Interview sur les ondes de CIBL 101.5 avec Michel Bourque, Cognito Construction

Habitat sain et écologique Le matériau Terre (2011) (Article sur internet)

par Ginette Dupuy, auteure de Habitat sain et écologique

Université de Pennsylvanie Utilisation de la brique comme agrégat pour les mortiers de chaux (EN) (2011) (PDF)

par Sara B. Rogers, thèse de synthèse en préservation historique, sous la direction de Frank G. Matero

Défi Zéro Déchet La règle des cinq R (2013)​ (PDF)

Par Béatrice Johnson, auteure de Zero Waste Home.

Écoconso L'énergie grise des matériaux de construction (2016) (PDF)

Fiche-conseil no 155

IMI Conception équilibrée en prévention d'incendie avec de la maçonnerie (EN) (2017) (PDF)

par l'Institut Internationale de Maçonnerie

CCMPA Campagne de sensibilisation sur les matériaux inflammables (EN) (2019) (PDF)

par l'Association Canadienne des Producteurs de Maçonnerie

 
aemq_blanc.png

101-4097 Boul. Saint-Jean-Baptiste

Montréal, QC H1B 5V3

T : 514-645-1113

ENTREPRENEURS
RENSEIGNEMENTS

Fier partenaire de :

ccmpa_whitegrey.png
  • Facebook
  • Linkedin
ÉVÉNEMENTS
FORMATION
CERTIFICATIONS  (à venir)
  • Facebook
  • Linkedin